samedi 5 mars 2011

Les stremons du recyclage



Installation : Odile du Mazaubrun
Odile du Mazaubrun

Les figures de l'Altérité

Tout à la fois sculptures, représentation, êtres autonomes, incarnations des divinités et des forces naturelles, médiateurs investissant leurs porteurs de leur puissance et de leurs attributs, les masques irriguent de façon inextricable tous les aspects religieux, culturels et sociaux des sociétés traditionnelles.

Au travers du cubisme les masques ont investi le monde occidental, des galeries aux brocantes. Les pouvoirs esthétiques ont remplacé les fonctions cultuelles. Par une sorte d’effet magique, le symbole transcende sa culture d’origine pour trouver place dans la mondialisation de l’art. Le masque incarne le rêve d’un pont interculturel entre les mondes qui se déjouerait des obstacles et transcenderait les codes. Le masque traditionnel devient un point de passage entre les cultures, passage d’autant plus mystérieux qu’il se trouve investi de nouvelles significations économiques et consuméristes.

Les masques d’Odile du Mazaubrun rejouent joyeusement sur le ton de la farce cette danse transculturelle. Mais le monde qui s’ouvre à nous n’est ni kitch ni empreinte de rêves néocoloniaux. Les emballages perdus de notre monde, recyclés en figures magiques, nous amènent sur un continent étrange où l’exotisme nait des rebuts, l’étrangeté des objets quotidiens et l’altérité de notre méconnaissance de nous-mêmes.

Bruno Puyraimond

Aucun commentaire :

Publier un commentaire